Chamborigaud est situé au pied du Mont Lozère sur les bords du Luech dans le Gard (Occitanie). Chemins de randonnées: GR®700 Voie Régordane et Tour de la Haute Vallée du Luech.

 

Chamborigaud dans le Gard (GR700 Voie Régordane)

Chamborigaud

(Cambono Rigaudo, cambo: courbe d'une rivière, Rigaud: ancien prénom d'origine germanique Ric-wald)

Alt. 311 m / Latitude : 44.303725 | Longitude : 3.974013

Chamborigaud dans le Gard

Chamborigaud dans le Gard 1Chamborigaud est une commune française située dans les Cévennes, département du Gard en région Occitanie. Le bourg est connue pour son patrimoine historique, notamment son viaduc ferroviaire, qui est un monument remarquable de l'architecture métallique du 19ème siècle, ainsi que pour son église romane du 12ème siècle. La commune est également un point de départ pour des activités de pleine nature dans les Cévennes, avec des sentiers de randonnée balisés et des paysages naturels remarquables. Chamborigaud est située sur la ligne de chemin de fer des Cévennes, qui offre des vues panoramiques sur la région et qui est un itinéraire touristique populaire.

Chamborigaud dans le Gard 2Mentionné en 1345 dans le "cartulaire de la seigneurie d'Alais". Les habitants du village s'illustrèrent au cours de la guerre des Camisards au sein des Florentins, qui se livrèrent à des atrocités au nom de la religion. Patrie de l'écrivain Jean-Pierre Chabrol, chantre des Cévennes. Récession économique et démographique depuis la fermeture des houillères.

Les origines de Chamborigaud remontent à l'Antiquité. La commune est située sur l'ancienne voie romaine reliant Nîmes à Montpellier. Au Moyen Âge, Chamborigaud est un village important, situé sur la route des pèlerins vers Saint-Jacques-de-Compostelle.

La commune est détruite en partie pendant la guerre de Cent Ans. Elle est reconstruite au 16e siècle. Au 19e siècle, Chamborigaud connaît un essor économique important, grâce à la construction du viaduc et à l'ouverture de la ligne de chemin de fer Paris-Clermont-Ferrand.

L'économie de Chamborigaud est principalement basée sur l'agriculture, l'élevage et le tourisme. La commune compte de nombreuses exploitations agricoles, qui produisent principalement des céréales, des fruits et des légumes. L'élevage est également une activité importante, avec un cheptel bovin, ovin et caprin important. Le tourisme est également un secteur important, avec de nombreux visiteurs attirés par le viaduc de Chamborigaud, les paysages cévenols et le patrimoine historique de la commune.

Chamborigaud dans le Gard 3Chamborigaud est un territoire riche en faune et flore. La commune abrite de nombreuses espèces animales, dont le sanglier, le chevreuil, le cerf, le renard, le blaireau, la chouette hulotte, le faucon pèlerin, etc. La commune abrite également une grande variété de plantes, dont les chênes, les châtaigniers, les pins, les hêtres, les orchidées, etc. Chamborigaud est située dans un environnement naturel préservé. La commune fait partie du Parc national des Cévennes. Le village est entouré de forêts, de montagnes et de rivières.

Chamborigaud est une commune qui conserve un riche patrimoine culturel. La commune abrite plusieurs monuments historiques, dont l'église Saint-Pierre, le viaduc de Chamborigaud et le château de la Jasse. Le viaduc de Chamborigaud est un ouvrage d'art remarquable, construit au 19e siècle. Il est classé monument historique. L'église Saint-Pierre est une église romane du 12e siècle. Elle est classée monument historique. Le château de la Jasse est un château du 16e siècle. Il est situé dans le hameau de la Jasse, à 4 km de Chamborigaud. Le Parc national des Cévennes est un parc national français, situé dans le sud-est du Massif central. Il abrite une grande variété de paysages, de faune et de flore.

Chamborigaud dans le Gard 4Les communes minières de la Communauté des Hautes Cévennes. Le Châmbon, Chamborigaud, Portes et La Vernarède.
L'exploitation du charbon remonte au Moyen-âge à une échelle artisanale, on extrait le charbon en affleurement. Au 19ème siècle, le charbon est au coeur de la Révolution Industrielle. Son exploitation génère une industrialisation de cette zone, la construction de multiples bâtiments d'exploitation (hangars, ateliers, cheminées, centrales électriques, réservoirs...), de transport (voies ferrées, plans inclinés, tunnels, viaducs.,.) et d'habitation (cités minières). L'histoire économique détermine une organisation de l'espace hiérarchisée et une sociabilité propre. L'organisation de l'espace est particulièrement visible dans les villages de La Jasse et La Vernarède, construits et organisés autour de trois secteurs. Le secteur du travail : le " carreau ", les puits et galeries. Le secteur des ouvriers : les logements, écoles, commerces et cafés. Le secteur de la direction : les bureaux administratifs, les "villas" et "châteaux".

La sociabilité propre, c'est celle des cafés, des fanfares, des équipes de foot, du repos du dimanche et de la fête de la Sainte Barbe... C'est aussi la grande générosité d'une population cosmopolite et solidaire.L'essor industriel, l'afflux de main d'oeuvre et la construction du bâti s'intensifient de 1820 (1ères installations des mines de La Vernarède) à 1930 (construction de l'actuel village de Portes). A partir de 1945, l'exploitation se réduit progressivement, pour cesser définitivement en 1954 à La Vernarède, 1961 au Chambon et 1965 à Portes. Ceci génère le départ de nombreuses familles, la fermeture des écoles et des commerces, l'abandon puis la ruine des maisons...

Chamborigaud dans le Gard 5A Portes, la proximité de la mine découverte du Serre des Andats, qui a fonctionné de 1993 à 2001, a eu peu de répercussions sur la population du village puisque celui-ci était déjà vidé de sa force de travail et que l'essentiel des ouvriers de la Découverte provenait de la Grand' Combe ou d'Alès. Même si chaque commune possède son identité propre, elles partagent une même blessure causée par un déclin économique rapide et ravageur. Il a d'abord été nécessaire de panser le plaies et digérer cet épisode minier qui fini mal, c'est à dire "faire table rase" du passé.

Aujourd'hui, un mouvement de revalorisation du passé minier et de ses traces se dessine : des vestiges sont dégagés, des sentiers de randonnées sont créés, des animation sont organisées afin de faire découvrir ou redécouvrir ce patrimoine insolite caché au coeur des Cévennes...

C'est un "petit" patrimoine, constitué d'entrées de galeries, tunnels, viaducs, conduites de voies ferrées, lampisteries, cheminée. Chaque; vestige a son histoire, sa fonction, sa particularité... On retrouve ce patrimoine sur les communes des vallées de la Cèze et de l'Auzonnet, Le Grand' Combe et Alès. Ainsi les communes minières de la communauté s'intègrent dans un territoire très vaste qu'est l'ancien bassin minier du Gard.

Chamborigaud dans le Gard 6Les communes minières appartiennent à la cuvette Grand' Combe, située à la limite nord-ouest du bassin houiller du Gard. Au nord du Chambon, on est sur le socle primitif des Cévennes (granité, schiste et gneiss). Au sud du Chambon, on est sur du grès et du charbon. La nature du sous-sol détermine une histoire, une économie et une culture particulières, plus proches et plus semblables à la Grand' Combe également minière, qu'au nord du canton, rural et montagnard.

L'exploitation minière dans les Cévennes

Le travail des mines en Cévennes a une longue histoire, remontant à l'Antiquité. Les mines de charbon, de fer, de plomb et d'argent ont été exploitées dans la région pendant des siècles. Au 19e siècle, l'exploitation minière dans les Cévennes a connu un essor important, en raison de la croissance de l'industrie et de la demande de combustibles fossiles. De nombreuses mines ont été ouvertes dans la région, employant des milliers de personnes. Le travail des mines était un travail dur et dangereux. Les mineurs travaillaient dans des conditions difficiles, souvent dans des tunnels étroits et sombres. Ils étaient exposés à des risques d'accident, d'incendie et d'explosion. Les mineurs étaient également soumis à des conditions de travail difficiles. Ils travaillaient de longues heures, souvent dans des conditions insalubres. Ils étaient mal payés et leurs conditions de vie étaient souvent précaires. Le travail des mines a eu un impact important sur la société cévenole. Les mines ont créé des emplois et ont contribué à la croissance économique de la région. Cependant, elles ont également entraîné des problèmes sociaux, tels que la pauvreté, la pollution et la détérioration de l'environnement.

L'exploitation minière a décliné dans les Cévennes au cours du 20e siècle. Les mines ont été fermées en raison de la concurrence des mines étrangères, de la baisse de la demande de charbon et de la hausse des coûts de production. Aujourd'hui, il ne reste que quelques mines en activité dans les Cévennes. L'exploitation minière est un secteur important du patrimoine culturel de la région. De nombreuses mines ont été transformées en musées ou en sites touristiques, permettant aux visiteurs de découvrir le passé minier des Cévennes.


Hébergement Chamborigaud

Inscription

Propriétaire d'un hébergement ou d'un commerce à Chamborigaud

Pour votre inscription, vous pouvez m'envoyer par email (papadimitriou4@gmail.com): votre adresse et numéro de téléphone, votre site-web (page Facebook), une description brève avec 5 belles photos de votre établissement.

Prix de l'inscription : 25€ par an (12 mois) ou 100€ pour 5 ans. Renouvelable.

 

L'Etoile Chambres et tables d'hôtes à La Bastide Puylaurent entre Lozère, Ardèche et Cévennes

Ancien hôtel de villégiature avec un grand jardin au bord de l'Allier, L'Etoile Maison d'hôtes se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère, l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des GR®7, GR®70 Chemin Stevenson, GR®72, GR®700 Voie Régordane (St Gilles), Cévenol, GR®470 Sources et Gorges de l'Allier, Montagne Ardéchoise, Margeride et des randonnées en étoile à la journée. Idéal pour un séjour de détente.

Copyright©gr-infos.com